Tombée un jour de chance sur l'ouvrage _L'ennéagramme_ de René de Lassus au détour des rayons d'une librairie Emmaüs, j'ai pu m'initier un peu à ce vaste système de typologie psychologique. Que les experts me pardonnent si ma présentation de l'Ennéagramme est imprécise, disons qu'il s'agit d'un étonnant moyen d'apprendre à se connaître et à connaître autrui à travers 9 archétypes...qui ont autant de déclinaisons en sous-types... Soit 9 X9 combinaisons possibles. Bref. 

Chaque archétype définit deux extrèmes vers lesquels on oscille et qui définissent un peu notre mode de fonctionnement. Par exemple, l'humilité<=> l'orgueil ou l'envie-la jalousie-expression du manque <=> l'harmonie /l'épanouissement. 

Des tests sur internet à base de questionnaires existent bien sûr mais la lecture des types peut se montrer plus éclairante. Ainsi, si les test me définissent en base 2 , c'est réellement la base 4 qui met le mieux en mot mes "gouffres". et qui explique si bien pourquoi la quête amoureuse prend autant de place dans ma vie : 

 

"Les personnes qui font du 4 sont souvent à la recherche du partenaire parfait, ami ou amant, quelqu’un de solide, capable de les sauver de leur noyade intérieure, et en même temps, elles ont des attentes élevées vis à vis de leurs relations intimes, en matière d’écoute, d’empathie, de sensibilité et de douceur. Une telle alchimie de qualités étant difficile à trouver chez l’autre, elles ont tendance à se sentir incomprises d’une part, et souffrent d’un sentiment de honte et de frustration face à leur incapacité à se faire comprendre d’autre part, puisqu’elles interprètent cette incapacité comme étant un manque d’authenticité."

(source: http://www.approchepearl.com/enneagramme/enneagramme_formation/enneagramme_base-4

Quel soulagement de lire ces mots ! Même s'ils n'apportent aucune solution réelle immédiate, il est rassurant de se dire que tous ces échecs et cette obsession sentimentale ont bien une explication. Aussi quand ma fibre romantique insatiable reprend le dessus, je peux me dire que c'est que ma base 4 qui me travaille, un peu comme une vieille blessure qui se rappelle à moi, quand il fait mauvais temps.

Non pas qu'il soit possible , je suppose, à un base 4 d'abandonner sa quête sentimentale... même en se guérissant soi-même de sa "noyade intérieure" via la psychothérapie, les chakra, etc. L'amour représentera toujours la valeur dominante sur laquelle baser toute notre vie ... L'originalité , notre étalon de la personnalité, et l'ennui notre plus grande peur sociale. MAIS peut-être est-il possible d'attendre tout cela dans une plus grande harmonie...